Rapport d’activité adaj 2017

RAPPORT D’ACTIVITE ADAJ 2017

 

Le bilan de l’activité 2017 atteste que l’ADAJ répond bien aux besoins du département. Notre effectif est complet toute l’année et nous avons une liste d’attente en permanence.

Les jeunes gens que nous accueillons sont orientés principalement par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance et plus exceptionnellement par la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Ils viennent de tous les territoires du département.

Parallèlement, pour répondre aux besoins du Département et des jeunes concernés, une réflexion a été menée en équipe pour diversifier nos modes d’accompagnement et d’hébergement en direction des grands mineurs sortants des Maisons d’Enfants à Caractère Social et des familles d’accueil.

Nous nous sommes impliqués dans les réunions de réflexion organisées par le Conseil Départemental pour répondre à la problématique des Mineurs Non Accompagnés présents sur le territoire.

Nous avons proposé deux projets innovants (un accueil de jour et une augmentation de notre effectif) pour lesquels nous attendons une réponse.

Activité de l’ADAJ en 2017

  1. Admissions :

Le nombre de demandes d’admission est légèrement en baisse par rapport à 2016.

2014

201520162017
554968

61

Sur 61 demandeurs d’admission, 29 sont des filles.

La procédure d’admission est un processus dans lequel s’inscrit le demandeur. Composée de plusieurs entretiens, sur 61 demandes, 28 ont été traitées. 24 jeunes gens ont suivi la procédure jusqu’à son terme. 11 d’entre eux ont été accueillis dont 6 filles et 5 garçons.

11 jeunes ont quitté le service dont 5 filles et 6 garçons.

Age et sexe des jeunes accueillis :

AGETotal
Filles

+ 17 ans

4

+ 18 ans

2

Nombre Filles

6

Garçons

+ 18 ans

5

Nombre Garçons

5

Total général

11

Sur les 11 admis, 4 sont mineurs et 7 sont majeurs dont 4 Mineurs Non Accompagnés.

Les demandes d’admission viennent de tous les établissements et services du département.

Sur les 11 jeunes accueillis, 8 étaient scolarisés et 3 sans solution.

L’accompagnement éducatif se décline dans tous les domaines de la vie quotidienne, il s’agit d’apprendre à :

  • habiter seul dans son appartement,
  • gérer sa solitude,
  • gérer son budget,
  • respecter un règlement,
  • prendre en compte sa santé, l’hygiène,
  • suivre sa scolarité, sa formation ou ses démarches de recherches de solutions,
  • gérer ses dossiers administratifs,
  • connaitre ses droits,
  • devenir un citoyen

L’accompagnement à la régularisation administrative concerne les jeunes Mineurs Non Accompagnés qui deviennent des jeunes majeurs exilés. Leur régularisation s’accompagne d’un travail éducatif et psychologique de fond lorsqu’ils ont subi des traumatismes importants.

 

  2.   Soutien scolaire :

 AGIR Abcd, notre partenaire pour le soutien scolaire est intervenu 117 heures dans l’année 2017, au bénéfice de 11 jeunes.

 

  3.  Les chantiers éducatifs :

Ils ont concerné 7 jeunes personnes accueillies pour 44 heures de travail, il s’agit de travaux liés aux appartements loués par l’association.

 

  4.  Participation des usagers :

Trois instances sont organisées dans l’année. Force est de constater que les jeunes concernés se mobilisent difficilement. Aussi, la parole du jeune est recueillie dès la procédure d’admission et ce, tout au long de son séjour par le biais de l’élaboration du Projet Individualisé, des bilans intermédiaires, du bilan final et de l’enquête de satisfaction.

 

  5. Travail partenarial 

L’ADAJ a inscrit le partenariat dans son projet comme principe d’ouverture vers l’extérieur et au bénéfice des jeunes accueillis. Dans cette optique, le service maintient et accentue le partenariat sur son territoire d’intervention.

Les principaux sont : Les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, les services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, les Missions Locales, Pôle emploi, tous les établissements scolaires et de formation, les services de la jeunesse, les services sociaux de secteur, le planning familial, la Maison des Adolescents, la Maison de la Justice et des Droits, le représentant du Défenseur des droits, les associations de droit des étrangers, les centres qui traitent les addictologies, la préfecture quand c’est possible, les résidences « jeunes ».

 

  6.  Intervention de la psychologue :

 Le projet du service ADAJ s’appuie sur un accueil pluridisciplinaire pour mettre en œuvre les projets des jeunes gens accueillis. Le psychologue du service ADAJ est positionné sur 2 axes de travail principaux :

6.1  Fonction clinique et thérapeutique

  • Procédure d’admission

 

Le psychologue est au cœur de la procédure d’admission. Il dirige l’entretien d’admission, conduit un bilan psychologique à l’aide de tests projectifs et rend compte du profil psychologique de la personne concernée lors de commissions d’aide à la décision. =>12 procédures menées, 11 admis.

  • Entretiens exigés.

 

Il est demandé aux personnes accueillies au service ADAJ de rencontrer à quatre reprises le psychologue. Au premier entretien est restitué le compte-rendu du bilan psychologique mené lors de la procédure d’admission. Les suivants permettent l’émergence d’une demande de suivi psychologique ou, à minima, l’appréhension des bénéfices de ce nouvel espace proposé. Il s’agit également de renouer avec certains jeunes qui auraient rejeté l’espace psychologique proposé à l’adolescence et qui pourraient maintenant s’en saisir en raison de la maturation de leur appareil psychique. => 13 jeunes reçus dans le cadre de ces entretiens.

 

  • Suivi psychologique.

 

Offrir aux personnes en demande un suivi psychologique en fonction de leurs besoins. Il peut s’agir de les aider à surmonter une problématique dont ils ont conscience mais aussi d’amener ces jeunes adultes à l’état de sujet pouvant se (ré-) approprier sa pensée et sa subjectivité. Le psychologue peut également proposer des entretiens familiaux aux personnes accueillies. => 16 jeunes ont bénéficié d’un suivi régulier et 8 de rencontres ponctuelles.

 

  • Instances d’élaborations en présence de la personne concernée.

 

Le psychologue participe aux bilans intermédiaires et finaux des personnes accueillies. Mais, il peut également participer aux rencontres proposées par l’ASE ou la PJJ si nécessaire. Aussi, des entretiens à 3 peuvent être sollicités par le référent éducatif. => 10 bilans intermédiaires et 6 bilans finaux.

 

  • Orientation et relais.

 

Le psychologue peut proposer des orientations de soins extérieurs selon son évaluation clinique et les observations pluridisciplinaires. Il s’assure également de mettre en œuvre les relais nécessaires lors des départs du service des personnes en demande d’un travail thérapeutique à l’extérieur.

6.2  Fonction institutionnelle

  • Le psychologue participe aux réunions de réflexion éducative et peut éclairer l’équipe sur une situation. Il facilite également la compréhension des processus psychiques observés afin de soutenir l’accompagnement éducatif. Roussillon décrit également le travail « interstitiel », qui comprend l’écoute informelle des personnels, de leurs angoisses et préoccupations professionnelles. Aussi, en tant que cadre fonctionnel, le psychologue participe aux réunions de cadres centrées sur le fonctionnement institutionnel.
  • « Promoteur du cadre institutionnel », il se doit aussi de le préserver en rappelant le caractère immuable de la « loi organisatrice de la collectivité ». En somme, lors de situations compliquées où peuvent s’enliser les professionnels, le psychologue, en décalant son point de vue sur l’organisation de l’institution, réinjecte la Loi.
  • « Bâtisseur d’espaces d’évolution psychique », le psychologue garantit et participe à l’élaboration d’espaces de pensées contribuant aux enveloppes psychiques, aussi bien pour les usagers que pour les professionnels. Aussi, il donne sens aux discours de la personne en préservant sa parole d’interprétation hasardeuse, qui peut résulter du contre-transfert négatif du professionnel.

Orientation des jeunes sortants

Sur les 11 sortants, 8 ont un projet d’insertion soit dans l’emploi, soit dans la formation ou la scolarité. Sur l’année, 39 jeunes gens ont bénéficié d’un accompagnement éducatif personnalisé.

Logement sortieTotal
Amis2
Droit commun1
Famille4
FJT3
Foyer mère enfant1

La majorité des jeunes sortants ont une solution d’hébergement. La solidarité familiale joue un rôle important. Les foyers de Jeunes travailleurs restent la solution qui répond le mieux à leurs besoins.

Pour favoriser le départ des jeunes que nous accueillons vers un habitat adapté à leur situation, nous avons conventionné avec trois résidences conçues pour les jeunes étudiants et les actifs. A ce jour, 10 jeunes en bénéficient.

Les jeunes gens concernés sortis en 2017 ont été accueillis en moyenne 21 mois par l’ADAJ.

Perspectives 2018

Afin de garantir aux jeunes gens accueillis un accompagnement riche en expériences, le travail en partenariat reste un axe majeur permettant une meilleure connaissance des acteurs sociaux et associatifs.

Pour répondre aux besoins du public accueilli, nous maintenons nos propositions de développement.

En conclusion, il convient de remercier l’ensemble du personnel qui garde comme objectif affirmé son dynamisme et son implication dans les accompagnements des jeunes que nous accueillons. Cette ligne de conduite vient confirmer l’attachement de l’ensemble des professionnels à l’association.